Du partage de ressources à la création de communs de la connaissance

De quelles ressources parle-t-on?

Les ressources que peut partager la Cinémathèque québécoise sont de tous ordres, dépendamment des aspects techniques et juridiques. Il s’agit :

Caméra Portapak, Sony, modèle AVC-3400 – Collections Cinémathèque québécoise / 1993.0395.01-03.AP – CC BY-SA 4.0

  • De documents de collections : photographies d’événements, de personnalités et de tournage, archives de producteurs et réalisateurs, livres, articles de revues, manuels techniques d’appareils anciens, photographies d’objets et appareils cinématographiques, …
  • De données : sur des œuvres cinématographiques (génériques, formats de tournage, année de diffusion…), sur des noms de personnes, d’organismes et d’événements, sur des marques d’appareils mais aussi sur les projections organisées à la Cinémathèque, les statistiques de fréquentation, les résumés de films…
  • De savoirs que détiennent nos programmateurs-conservateurs, archivistes, documentalistes et techniciens.

Avec qui les partager ?

Nous partons du principe que ces ressources peuvent intéresser tout le monde, à un moment ou à un autre, et ne préjugeons donc pas de l’utilisation qu’il pourra être faite de celles-ci. Qu’il s’agisse de citoyens ou d’institutions, nous espérons que ces derniers trouveront des utilisations auxquelles nous n’avons pas pensé !

Comment les partager ?

La Cinémathèque québécoise a choisi de commencer par contribuer aux projets Wikimédia (Wikipédia, Wikidata et Wikimedia Commons) pour plusieurs raisons :

  • Il existe une communauté locale active qui collabore à ces projets.
  • Pour utiliser des projets déjà existants et ne pas refaire la roue.
  • Afin de s’inscrire dans une démarche pérenne, étant donné que Wikipédia est un projet qui existe depuis plus de 15 ans (2001) et qui a été éprouvé depuis.
  • Pour bénéficier de la visibilité de ces plateformes. Wikipédia est la 7ème plateforme la plus consultée au monde, et existe dans près de 300 langues.

Pourquoi parler de communs de la connaissance ?

Selon la chercheuse française Valérie Peugeot, les communs de la connaissance sont constitués par trois fondamentaux :

  • Une ressource partagée librement
  • Une communauté de pratique et d’usages
  • Une gouvernance construite par la communauté pour choisir des règles qui permettent à la ressource d’être protégée et de fructifier

Les communs de la connaissance ne réduisent ainsi pas à des objets partagés, ce sont également des objets qui doivent être gérés, diffusés et maintenus collectivement par une communauté. En ce sens, les projets Wikipédia, Wikidata et Wikimedia Commons permettent la co-création, la diffusion et la préservation de communs de la connaissance.

Sources :
Lionel Dujol (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, « collection Bibliothèques », mai 2017, ISBN 9782765415305


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search