Analyse de l’outil de visualisation

Réalisée dans le cadre de l’initiative Savoirs communs du cinéma, notre visualisation de données a été conçue pour favoriser le partage et la découvrabilité des données et contenus conservé.es par la Cinémathèque depuis les années 1960.

Cet outil a pour objectif de montrer le potentiel des fonctionnalités du Web sémantique à partir d’une sélection de données issues de nos collections. En effet, la base de données de la Cinémathèque contient des informations riches sur plus d’une centaine de milliers d’œuvres audiovisuelles, concernant, les personnes et les technologies impliquées dans leur production. Une réflexion collective a donc été menée par notre équipe ainsi que notre partenaire Polytechnique Montréal, afin de cibler des questions de recherche susceptibles d’intéresser les cinéphiles et chercheur.ses spécialistes du cinéma québécois.

Nos différentes explorations à travers les données de l’institution nous ont amené à porter une attention spécifique quant à la constitution des équipes de tournage des films produits au Québec et à la fréquence de leurs collaborations. Ces recherches nous ont notamment permis de constater la rareté des projets permettant de cartographier la fréquence des collaborations d’une même équipe de tournage au Québec sur une période historique importante. Considérant que la production des films québécois est majoritairement le fruit d’expériences collectives, il nous a paru essentiel de représenter ces dynamiques de façon quantitative et à travers une ligne de temps déterminée (1905-2015). En prenant en considération les limites de notre base de données et pour optimiser la fiabilité des résultats de recherche, nous avons sélectionné les œuvres de notre collection selon trois critères :

  • Les œuvres sélectionnées sont exclusivement des productions québécoises ;
  • L’année de sortie et le genre des films doivent être clairement identifié.es ;
  • Tel que renseigné dans notre base de données : les équipes de tournage sont constituées d’un minimum de deux personnes ;

Les premières expérimentations ont alors révélé une donnée majeure : celle de la disparité entre les femmes et les hommes dans les équipes de tournage. Nous avons donc travaillé à identifier plus clairement le rôle occupé par des femmes dans chacun des groupes. Grâce à une vue d’ensemble, il est désormais possible d’observer la formation des inégalités de genre dans la production cinématographique au Québec depuis 1905.

Conscient.es des lacunes et problématiques de catalogage décelées au sein de notre base de données, nous ne pouvons à ce jour, garantir la véracité de chacun des résultats produit par cet outil. À ce titre, nous ne prétendons pas offrir un objet scientifique mais plutôt un prototype expérimental permettant de donner un aperçu des possibilités offertes par les données ouvertes et liées au milieu du cinéma. Cet outil propose donc aux utilisateurs.trices un parcours orienté à travers nos données pour ainsi mieux appréhender les différents groupes de réalisateurs/trices et artisan.nes du cinéma québécois.es et des fonctions qu’ils.elles ont occupées à travers chacun des films tournés collectivement. En outre, ce prototype présente un intérêt pour tout chercheur.e provenant des filières en sciences humaines et sociales et spécialistes des méthodes quantitatives.

Observations générales :

  • Ce projet de visualisation de données est un outil pertinent pour mieux comprendre la constitution de notre écosystème cinématographique et son évolution à travers la production de 6387 œuvres.
  • Il permet également d’avoir accès à des statistiques et données précieuses sur la composition de 1897 équipes de tournage.
  • Ce prototype révèle des informations pertinentes sur la carrière et les fonctions occupées par 450 cinéastes et artisan.nes du cinéma sur une période allant de 1905 à 2015.
  • Son intérêt réside également autour de la question des inégalités de genre dans la production cinématographique québécoise. Grâce à une vue d’ensemble des différents écosystèmes, il est désormais possible d’avoir une meilleure idée du pourcentage de femmes occupant chaque groupe et de mieux cerner les rôles qui leur sont assignés dans les équipes de production. Ces données dépendent toutefois des informations entrées par la Cinémathèque québécoise dans sa base de données.

Cependant, cette application reste difficilement accessible pour le public de cinéphiles et chercheur.ses en cinéma. En effet, les données sélectionnées et offertes par ce prototype pourraient intéresser particulièrement les étudiant.es et professeur.es issu.es des filières en sciences humaines et sociales et principalement les chercheur.es spécialistes des méthodes quantitatives. Cet outil peut également s’avérer particulièrement riche pour les recherches articulant des liens entre études de genre et études cinématographiques. Ainsi à travers ce prototype, nous avons tenté de répondre à ces quatre questions :

  • Quels groupes de personnes (femmes ou hommes) ont le plus souvent travaillé ensemble dans différents films ?
  • Est-ce qu’une personne est reconnue pour travailler avec des personnes différentes, ou bien travaille-t-elle plutôt avec les mêmes personnes ?
  • Comment a évolué la carrière d’un artiste résidant au Québec ?
  • Peut-on identifier des patrons de carrières pour certaines fonctions ?

Conscient.es des problématiques que soulèvent un tel prototype, nous avons identifié quelques modifications à apporter, qui pourraient améliorer la bonne compréhension de cette visualisation de données :

  • Le présent outil a été modélisé et designé en grande partie grâce à l’équipe de Polytechnique Montréal. Nous leur devons également la rédaction des textes expliquant notre méthodologie ainsi que la réalisation du tutoriel permettant de guider les utilisateur.trices à travers la navigation de l’outil. Bien que ces guides pratiques demeurent essentiels, ils s’adressent majoritairement à un public spécialisé dans la conception de visualisations de données. Le vocabulaire employé ne fait donc pas référence au milieu de la production cinématographique. Notre première amélioration consistera donc à adapter ce vocabulaire et à mieux documenter l’outil grâce à l’expertise des employé.es de la Cinémathèque.
  • Nous souhaitons dans un deuxième temps améliorer l’interface générale du diagramme à bulles représentant les équipes de tournage, en facilitant tout d’abord la navigation et le passage d’un groupe vers un autre. Ensuite, nous ferons apparaître plus clairement les équipes de tournage composées de femmes en invisibilisant volontairement les équipes masculines qui demeurent majoritaires. Cette manipulation permettra de mettre en valeur les informations autour des équipes composées de femmes qui apparaissaient jusqu’ici plus difficilement accessibles en raison des disparités entre les groupes.
  • Enfin, nous avons constaté que les renseignements sur les œuvres filmographiques étaient pratiquement inexistants et que l’outil dans son état actuel, ne permettait pas la mise en valeur de nos données autour des œuvres cinématographiques. Nous avons donc opté pour l’intégration d’hyperliens vers les fiches Wikidata afin de mieux documenter les œuvres filmiques représentées au sein de cette visualisation.

Plus généralement, l’affichage en bas de page dédié aux informations spécifiques à chaque groupe ne reflète pas la diversité des fonctions pouvant être occupées par les membres d’une équipe lors des tournages. De même qu’il est impossible d’associer le rôle des personnes représentées à un film en particulier. Malheureusement, les choix déterminés au préalable pour la conception de l’interface nous empêchent aujourd’hui d’insérer ces nouvelles fonctionnalités. Ces derniers constats nous incitent donc à mener une réflexion quant au développement collaboratif des visualisations de données à savoir: face à ces expertises parfois éloignées (d’un côté, la connaissance du cinéma et de l’autre, les compétences technologiques), quelle méthodologie appliquer pour la création d’une interface numérique privilégiant une mise en contexte des données ?

Conclusion:

Actuellement, bien que cet outil ait grandement favorisé la compréhension du Web sémantique au sein de notre équipe, la façon dont nous rendons visibles nos données reste encore opaque pour le public. Une prochaine étape serait d’introduire un outil plus accessible, en créant par exemple un prototype orienté autour des œuvres filmiques de la Cinémathèque. Le présent outil de visualisation serait alors complémentaire à ce nouvel objet et moins difficile à interpréter.

En tenant compte des limites et problématiques de la base de données actuelle, nous devons en effet analyser les résultats de l’outil de visualisation avec précaution. L’accent doit donc être mis sur la façon dont la Cinémathèque a répertorié ses données et constitué ses collections tout au long de son existence, en acceptant et explicitant les lacunes de son catalogage.

Nous souhaitons cela dit souligner l’apport indéniable d’une méthodologie quantitative. Celle-ci offre  la possibilité d’avoir accès à des statistiques intéressantes sur la collecte des données d’une institution culturelle ainsi que sur le contexte socioculturel dans lequel s’inscrit ces productions artistiques. Nous retenons également, l’importance de définir en amont, une méthodologie collaborative dépassant les réalités pragmatiques d’un partenariat entre deux institutions. Ces principes de collaboration permettront : de mieux définir les orientations de l’outil qui ne doivent répondre simplement à des considérations techniques, d’intégrer plus rapidement un vocabulaire spécifique au milieu culturel et enfin de concevoir une interface graphique mieux adaptée aux données de l’institution.

Julia Minne
Chargée de l’initiative Savoirs communs du cinéma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search