Troisième édition de l’École d’été du numérique en Haïti

École d’été du numérique 2019  / Photographie :  Doriane Biot– CC BY-SA 4.0

Quelques semaines à peine avant qu’éclatent les émeutes de septembre en Haïti, nous montions à bord de l’avion qui nous ramenait à Montréal après plusieurs journées chargées de formations et d’échanges professionnels. Du 19 au 23 août 2019, la troisième édition de l’École d’été du numérique d’Haïti, consacrée au Web sémantique et à l’intelligence artificielle, a habité la bibliothèque de l’Université Quisqueya, au sud de Port-au-Prince. Partenaire de l’événement, la Cinémathèque québécoise m’avait envoyée pour intervenir au sujet de l’engagement d’institutions culturelles sur les plateformes Wikimédia et les données ouvertes et liées. Je participai à cette belle initiative accompagnée de quatre autres formateur·trice·s : Lëa-Kim Chateauneuf, vice-présidente de Wikimédia Canada, Miguel Tremblay, spécialiste de Wikidata, Éric Béguin, fondateur et président de InLibro, et Jocelyne Kiss, professeure en arts et technologie à l’Université Laval. Le REJEBECSS — Réseau des jeunes bénévoles des Classiques des sciences sociales — organise cette école d’été du numérique depuis 2017 et c’est la deuxième année que la Cinémathèque est invitée à prendre part à ces journées de formation destinées à un public varié : étudiant·e·s en informatique ou sociologie, travailleur·euse·s indépendant·e·s, professionnel·le·s du numérique, curieux et curieuses.

L’école d’été s’est ouverte avec une table ronde riche d’échanges autour de l’intelligence artificielle et de ses enjeux. Eric Béguin, Jocelyne Kiss et Webert Charles, programmateur de l’application chasseuse de fake news TOMA, ont inauguré ce qui s’annonçait comme une semaine chargée d’ateliers pratiques et de conférences théoriques. Je m’attarderai plus particulièrement sur la présentation qui me concerne, celle consacrée au Web sémantique, à l’ouverture de données et aux plateformes Wikimédia. Grands sujets pour une matinée qui passa bien vite. L’intention de la première partie de la présentation dédiée au Web sémantique était plus de piquer la curiosité du public que de rentrer dans des détails techniques trop complexes pour la durée allouée à l’intervention. D’autant plus que les enjeux relatifs à l’ouverture et la liaison de métadonnées (l’uniformisation, l’interopérabilité, le travail de catalogage à effectuer en amont…) demandent beaucoup de ressources humaines et financières auxquelles les institutions haïtiennes n’ont malheureusement pas toujours accès, limitant ainsi les possibilités pour les organismes (culturels ou non) de s’engager activement dans cette démarche de manière systématique. Les jeux de données ouvertes sont rares en Haïti, et il s’agissait de répondre à cette invisibilité avec des moyens pertinents, tel que le téléversement de données dans Wikidata. C’est donc autour de Wikipédia, Wikimédia Commons et surtout Wikidata que nous avons orienté nos présentations — le « nous » étant Lëa-Kim Chateauneuf et Miguel Tremblay avec qui je partageais l’animation de la formation du 20 août 2019.

La soixantaine de personnes présentes pour l’occasion était des plus enthousiasmante ! Malheureusement, la connexion internet vacillante, incapable de supporter tous les ordinateurs connectés, a demandé beaucoup de patience de la part des participant·e·s, et de l’adaptation de la part des formateur·trice·s. Il fallut trouver des stratégies pour limiter la surcharge du réseau tout en permettant aux participant·e·s de s’investir activement dans les ateliers que nous proposions. Le partage de connexion à partir des cellulaires des formateur·trice·s était une première étape. Ensuite, lors de l’atelier pratique consacré à Wikidata, les exercices proposés tentaient tant bien que mal de répondre aux contraintes techniques : en divisant les participant·e·s en équipe de six-sept personnes, regroupées autour d’un ordinateur connecté, cela a facilité le bon déroulement de l’activité. Au-delà de ces considérations pratiques, la question de l’accès à internet reste fondamentale et tend vers une réévaluation de ce que nous présentons comme des outils accessibles à tou·te·s.

Malgré ces problèmes techniques, les contributions apportées aux plateformes Wikimédia pendant ces ateliers ont été remarquables : 47 articles créés, 71 articles modifiés, et 418 modifications au total ont été comptabilisées à travers les différents projets. Lors de ces interventions wikimédiennes, l’accent a délibérément été mis sur l’espace linguistique créole et une grande partie des contributions s’est faite au niveau de la traduction de description d’éléments Wikidata ou d’ajout de libellés en créole. Faute d’avoir pu mettre la main sur des jeux de données locaux, OpenStreetMap a servi de point de départ pour créer des éléments Wikidata relatifs à plusieurs types d’institutions haïtiennes, principalement des bibliothèques et des églises de Port-au-Prince. Tout au long de l’école d’été, plusieurs interventions de participants soulignaient l’importance du développement d’outils de démocratisation du savoir et de l’engagement citoyen dans la création de connaissances collectives. La littératie numérique et l’éducation ont également été des points fondamentaux soulevés au courant de cette semaine.

Nous ne pouvons qu’espérer que les 61 comptes Wikipédia créés à cette occasion continuent de faire rayonner Haïti dans le monde numérique au-delà de cette école d’été, à travers ces petits gestes, réalisées à un niveau individuel mais dont l’impact est global, qui permettent à la culture haïtienne et à la langue créole d’affirmer une présence numérique grandissante. De petits « konbit », pour reprendre l’expression créole qui ne trouve pas d’équivalent en français : des rassemblements citoyens qui rendent un service à la communauté et répondent à un besoin que les autorités responsables ne prennent pas en charge. Konbit, c’est aussi le nom de la bibliothèque citoyenne en construction dont nous avons eu la chance de visiter le chantier au cœur de Site Solèy, quartier qui aujourd’hui s’enflamme. Comme partout, la réalité économique, politique et sociale du pays déteint sur son développement culturel, et cette école d’été du numérique prend un sens tout autre alors que de nouveaux soulèvements populaires enflamment Port-au-Prince.

Doriane Biot est médiatrice numérique du patrimoine cinématographique et wikimédienne en résidence à la Cinémathèque québécoise.

Cet échange a eu lieu dans le cadre de la Coopération Québec-Haïti, soutenu par le Ministère des Relations Internationales et de la Francophonie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.